Atelier Artlex : De la genèse aux travaux, en passant par mes galères

atelier-blogueuse-artlex-diyÀ l’heure où je vous écris ces lignes, me voilà confronté à deux options : la première, celle de vous raconter comment s’est déroulée l’aventure que je vis depuis ces derniers mois de façon « blogueusement merveilleuse », en vous envoyant des rêves plein la tête pour vous faire croire que ma vie est absolument EXTRA-OR-DI-NAIRE ! Ou, il y a la deuxième option : celle de vous raconter ma vraie vie, telle que je l’ai vécu ces 10 derniers mois, avec son lot de grosses galère et d’imprévus. Après une courte réflexion, j’ai finalement opté pour la deuxième option, parce que choisir la première aurait été mentir, et comme mon objectif a toujours été d’être transparente avec vous… c’était une question de logique.  Pour celles qui n’aiment pas beaucoup les longs textes, je vous conseille de zapper cet article car celui-ci risque d’être long, très long, puisque je vais vous raconter en détail mon expérience, mes mésaventures, mes expériences et mes ressentis, qui m’ont finalement mené à l’achat de cet endroit, que j’ai nommé Atelier Artlex.

Tout à commencé à en juin 2017, lorsque les murs de la petite pièce qui me sert de bureau, chez moi, sont devenus bien trop petits pour continuer à accueillir mon matériel (nombreux !), utile à mes shootings photos, mes DIY, etc. C’était un fait, j’avais besoin d’un espace plus grand. Dans un premier temps, je me suis tournée vers les coworkings, nombreux à Lyon, mais j’ai vite abandonné l’idée. Le coût d’une pièce à soi est hors de prix, et les espaces partagés ne permettent pas de stocker beaucoup d’affaires. Je me suis donc tournée vers des bureaux à louer. Mais de fil en aiguille, je me suis dit qu’entre louer un espace à perte pendant des années, ou payer un crédit pour un lieu qui m’appartiendrait un jour, je préférai la deuxième option. C’est comme cela qu’en août 2017, j’ai commencé mes recherches d’achat pour un local commercial.

J’ai sacrifié mon mois d’août et de septembre à mes recherches : taudis trop chers, espaces mal agencés, j’ai tout vu… jusqu’à tomber sur un tout petit local de 20 M2 mais assez haut sous plafond, pour lequel j’ai eu un gros coup de coeur… la propriétaire, une dame assez âgée et qui ne parlait pas très bien français, était adorable et ça a tout de suite accroché. Bingo, le compromis fut signé et il ne me restait plus qu’à attendre les trois mois obligatoires pour signer la vente. J’ai pris mon mal en patience et avec un ami architecte, on a dessiné de sacrés plans sur la comète : une mezzanine, des bureaux suspendus… Il allait être incroyable, l’espace Artlex ! Mais le destin n’était pas d’accord. Ou plutôt, je dirais que c’est ma bonne étoile, qui n’était pas d’accord ! Trois semaines avant la vente, j’ai reçu un appel de mon notaire, qui m’annonça d’une voix fébrile que la vente ne pourrait pas avoir lieu. What ? Je ne comprenais pas. Le notaire m’expliqua alors que ma chère vendeuse (la vieille dame) était en fait une arnaqueuse qui avait usurpé l’identité de quelqu’un (vol de papier d’identité et bidouillage de photos) et qu’elle n’était pas la propriétaire du local. Son but ? Empocher l’argent puis s’envoler à l’étranger, me laissant seule, à devoir rembourser un prêt pour un local qui n’aurait pas été le mien puisque la vente était caduque. L’histoire est folle, hein ? Je ne vous le fais pas dire… j’ai mis une semaine à réaliser. Tout d’abord, je fus désemparée pour mon projet. Tout ce temps perdu… mais les notaires m’ont fait prendre conscience que j’avais failli subir un très grave préjudice, ce qui m’a réconforté, un peu.

local-artlex-lyonNovembre. Retour à la case départ. J’ai mis une semaine à me requinquer, et puis je me suis fais une raison et j’ai repris mes recherches et mes visites… jusqu’à cet appel : « on m’a raconté ce qui vous ai arrivé, j’ai peut-être quelque chose pour vous. » Et c’est comme ca que j’ai fait la connaissance du futur Atelier Artlex, celui que vous voyez en photo aujourd’hui. Sur le coup, j’ai trouvé qu’il avait moins de cachet que le local de 20 M2, mais il était plus grand, ce qui compensait un peu. Ancien cabinet d’ostéopathe, j’étais un peu déroutée par ses cloisons qui rétractaient l’espace et ses matières très bureautiques : moquettes, faux plafond en polystyrène… j’avoue, je n’ai pas eu le coup de foudre immédiat. Mais en le visitant encore, et encore, j’ai commencé à l’imaginer autrement. À rerêver, finalement… C’est comme ça que j’ai signé le compromis, au tout début de décembre 2017.

Cette période de 3 mois d’attente avant la signature définitive semble longue, mais au final, elle est vraiment très utile pour mettre en place les différentes étapes d’un chantier s’il y a des travaux. Au départ, j’ai cru qu’il n’y aurait pas grand chose à faire. Casser quelques cloisons et donner un bon coup de peinture, et hop, le lieu serait au top ! MAIS MAIS mais… j’ai appris qu’il n’y a pas de menus travaux lorqu’on touche au gros oeuvre. Comme les pelures d’un oignon, j’ai découvert que modifier une chose engendre la modification d’une autre et ainsi de suite… c’est comme cela que de trois cloisons à faire tomber, on m’a indiqué qu’il faudrait aussi faire tomber le plafond car il était de différentes hauteurs, que les murs devaient être isolés avant d’être peint, que le compteur électrique devait être changé, les fils électriques tirés, que le parquet ne pourrait pas se poser directement sur la moquette, qu’il fallait donc retirer la moquette et qui dit retirer une moquette dit ragréage… Bref, j’allais avoir besoin de faire appel à des artisans.

Et c’est là que les choses se compliquent à nouveau. J’ai pris connaissance de leurs tarifs, et je peux vous dire que je suis tombée de haut. De très haut. Je n’ai absolument rien contre les artisans, je les respecte à fond, même, mais je dois dire que j’ai été choqué par certains budgets annoncés pour la prestation proposée. Etait-ce parce que j’étais une fille qu’on m’annonçait des prix aussi exorbitants ? Franchement, je me suis posée la question de nombreuses fois… Du fait de mon budget restreint, j’ai fait faire des tonnes de devis, j’ai vu des dizaines d’artisans, et j’ai du m’adapter à leur tarifs élevés : j’ai raboté au maximum les prestations de services dont j’avais besoin, pour prendre à ma charge tout ce que je pourrai faire moi-même, malgré mon manque de temps et d’expérience. Pas le choix. Au final, j’ai fini par trouver (grâce au bouche à oreille) deux sociétés super, qui ont accepté de faire la plus grosse partie du gros oeuvre à un tarif raisonnable. N’y voyait là aucun sponsoring (non, non, je n’ai pas eu de rabais pour les citer), mais j’ai tellement « ramé » à trouver les bonnes personnes que je suis heureuse de pouvoir vous communiquer leur contact si un jour vous en avez besoin : société Presta Arte (1 Place Molière, 69800 Saint-Priest Téléphone : 07 61 03 63 63) pour tout ce qui est placo (faut plafond, isolation des murs), égalisation des murs, ragréage, pose de parquet, peintures et société Gailleton Electricité pour tout ce qui concerne l’éléctricité (branchement, poses de prise électriques, changement du tableau électrique, VMC, tirage de câble, etc). À l’heure où j’écris cet article, les travaux sont terminés et je peux donc vous confirmer qu’ils ont fait un super boulot, très professionnel et dans les temps.

outil-demolition comment-casser-mur  arracher-tapisserieMais revenons à l’ordre chronologique de mon histoire. En février, j’ai enfin signé l’achat du local signé (youpi !!), et j’ai commencé à voir le bout du tunnel ! Enfin presque ! Faute de moyen (on a beau dire, l’argent est le nerf de la guerre), je me suis improvisée Maitre d’oeuvre pour gérer la planification et l’organisation des travaux et je peux vous dire que ce rôle prend beaucoup, beaucoup de temps ! Les travaux devaient se réaliser dans un ordre bien précis, et chaque artisan (et donc moi aussi) devions intervenir à tour de rôle avant que le prochain n’entame une autre tache. Cela m’a valu beaucoup d’énergie, mais au final, j’ai beaucoup appris de cette expérience et je ne verrai plus l’élaboration d’un bâtiment de la même manière.

La démolition du lieu était la première étape, et l’amoureux, quelques amis et moi nous y sommes donc attelés. Pour faire bref, il fallait tout faire disparaitre pour ne garder que la structure. Cette étape fut une vraie partie de plaisir ! Qui n’a jamais rêvé de tout casser sans se soucier d’en mettre de partout ?! On y est allé à grands coups de masse, on a fait tomber les murs, le plafond, et arrachait la moquette. On a tout trié, mis dans les sacs et hop, direction la déchèterie en plusieurs allers-retours.

demollir une maison sol-betonatelier-Artlex-lyon-travaux atelier-artlex-travaux-lyon mur-brutSuite à la démolition, ce fut au tour de l’électricien de tirer tous les câbles pour prévoir les emplacements des prises, la VMC, changer le compteur électrique, etc. Et puis du plaquiste, qui recréa un faux plafond, réajusta les murs, les isola, etc. Et moi je suis arrivée ensuite, pour repeindre les murs et le plafond en blanc. Alors que j’appréhendais beaucoup, cette première partie des travaux s’est déroulée sans accros et ce fut une partie de plaisir de voir le lieu évoluer de jour en jour.

Voilà, j’avais à présent une coquille saine et vide à ma disposition, et j’allais enfin pouvoir m’amuser à la customiser !! Les mois de galère étaient loin derrière moi et laissaient la place aux bons moments désormais !

Chaque jour de cette semaine, je vais donc vous dévoiler les « DIY déco » que j’ai réalisés dans le local, pour embellir le lieu ! J’avais si hâte de tout vous montrer ! Alors rendez-vous demain pour découvrir la couleur que j’ai choisi pour ma partie Bureau !!

Je tiens à remercier tout ceux qui m’ont aidé/m’aident de près ou de loin pour ce projet car il était/est d’ampleur et j’ai de la chance d’être si bien épaulée. Merci à : l’amoureux d’être présent et de me soutenir depuis le début du projet, Walid pour tes conseils avisés et ta folie, Mathilde pour ton aide précieuse et ton investissement, Médé, Yohan, Cédric et Nico pour nous avoir prêter vos super bras musclés pour la démolition, Madame la Directrice et Madame Cheriaa, de la Société Général du Cours Lafayette, pour soutenir l’Atelier Artlex, Monsieur Gros, Monsieur Meunier et leurs artisans pour avoir fait du super boulot, le chéri de Morgane pour ton super contact, Sarah et Jean Phi qui ont gardé Emma pour nous libérer du temps, Papa et tes bons conseils, Bernadette pour votre gros coup de pouce, les notaires qui m’ont fait éviter le pire, Madame Gontard, et mes partenaires, que vous découvrirez cette semaine… Grâce à vous, j’ai eu moins peur d’avancer ! Merci ♥

Photos : Artlex

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

7 Commentaires

  • IamHNH
    23 avril 2018 à 10 h 50 min

    Waouh quelle histoire! Tu as évité le pire! Bravo pour tes travaux, il vous a fallut bien du courage! Hâte de voir le résultat!
    A bientôt 😘

  • 23 avril 2018 à 11 h 14 min

    Franchement : FELICITATIONS T’ES UNE WARRIOR ! Je crois qu’on en a parlé quand on s’est vu mais j’suis en plein achat moi aussi et c’est une de ces galères, j’en ai eu les larmes aux yeux certains jours en trouvant pas la perle. Je suis vraiment trop contente pour toi que tu aies trouvé un lieu qui soit le foyer de tes futurs créations et ton chez Artlex ♥ Bravo & Courage pour la suite ♥♥♥♥♥♥

  • Mathiilde
    23 avril 2018 à 11 h 37 min

    Eh bien que de péripéties pour au final arrivé a un super local 🙂 j’ai hâte d’en savoir et d’en voir plus !! Jolie projet !!

  • 23 avril 2018 à 15 h 18 min

    Whaou, on peut dire que le mot « aventure » n’est pas exagéré !! 🙂
    L’histoire de la vieille dame arnaqueuse est juste incroyable…
    On est ravi de faire très modestement parti de votre belle histoire

  • Murielle
    23 avril 2018 à 15 h 35 min

    Félicitations 🎊 Alexandrine.
    Malgré les galères, vous avez su garder la tête sur les épaules, vous vous êtes battus, et ça va donner un produit formidable.
    Ça m’attriste un peu d’être aussi loin et de ne pas pouvoir découvrir ce lieu de me propres yeux, et je ne desespere pas de pouvoir un jour venir y jeter un œil et participer à un de tes ateliers
    Hate de découvrir la suite 😘💚

  • 23 avril 2018 à 23 h 16 min

    Ma très chère ALEX ,je suis très très fière de toi . Respects pour ta grande volonté . Bravo à vous tous qui avaient travailler comme des « fous ».

  • 26 avril 2018 à 21 h 43 min

    quelle aventure ! mais tu as évité le pire, ouf !

Laisser un commentaire

Rechercher

Tags populaires

Rechercher

Tags populaires

Back to top