Charlie

je suis charlieMercredi 7 Janvier 2015. 11h45. Comme d’hab’, je suis scotchée à mon ordinateur en écoutant le mouv’. Soudain, la musique se coupe, et l’antenne prend la parole. D’abord distraite, mes oreilles s’affûtent au fur à mesure des mots. Attentat. Morts. Où ça ? Mais dans quel pays ? Vite, vite, un nouvel onglet. Mon souffle se coupe. Que s’est-il passé ? Pas besoin de chercher longtemps pour tomber sur l’atrocité. Les nouvelles sont encore confuses, qui, combien, pourquoi ? On ne sait pas encore. Vite, vite, j’allume la télé, la radio, mon facebook. Les médias sont en feu, et mes joues aussi. Ce qui se déroule sous mes yeux n’est pas digne d’être réel. Et pourtant.

Le temps s’est arrêté. J’ai lâché depuis bien longtemps ma plume, qui était en train de vous raconter le beau temps, pour rester coite, assommée. Le bilan qui s’alourdit d’heure en heure rythme ma journée, et m’enfonce un peu plus dans le canapé. Plus possible de travailler.

Demain, je devais vous parler mode, soleil, et Caraïbes, mais depuis 24h, tout à basculé. Comment vous parler avec légèreté alors que nous sommes tous endeuillés. Je pèse 3 tonnes de douleur, alors comment vous faire encore rêver ?

Je suis loin d’être la bonne personne pour parler correctement de ce grave sujet, mais mon tout petit blog est, malgré lui, le reflet de mes pensées. Alors, ici et aujourd’hui, j’ai envie de m’exprimer. M’exprimer pour écrire mon immense chagrin et mon énorme soutien aux proches des 17 personnes assassinées. M’exprimer aussi, pour extérioriser ma colère contre les gens qui veulent bâillonner la liberté. M’exprimer encore, pour envoyer mes pensées à mes amis musulmans, qui, j’en ai peur, risquent de porter malgré eux le lourd fardeau d’être associés à ces monstres. M’exprimer enfin, parce que c’est la grande chance que nous avons dans notre pays, et qu’il faut la saisir.

N’oublions pas que nous sommes tous Charlie.

Parce qu’il faut bien continuer à rêver pour avancer, la vie reprendra son cours sur le blog d’ici quelques jours, mais en attendant, je vous laisse avec la citation de Gandhi. Restons unis.

« En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface, comme en profondeur. »

 

4 Commentaires

  • 8 janvier 2015 à 18 h 49 min

    tu t’es trompée… mercredi 7 JANVIER… mais je te comprends, on est tellement bouleversé qu’on ne sait plus rien… cette abomination est tout simplement inconcevable…

    • 8 janvier 2015 à 21 h 35 min

      Oh, merci, c’est rectifié… Oui, mon cerveau est anesthésié en effet…

  • geraldinegautier
    9 janvier 2015 à 16 h 28 min

    oui nous sommes tous Charlie

  • 10 janvier 2015 à 2 h 54 min

    Je pèse aussi 3 tonnes de douleur. La poésie ça soulage.

Laisser un commentaire

Rechercher

Tags populaires

Rechercher

Tags populaires

Back to top